Le fonctionnement des enchères immobilières judiciaires

17 mars 2020

À l’heure où la France est à l’arrêt, on voit à quel point les actifs comme les actions sont en train de perdre très fortement en valeur. Bien que la réaction soit démesurée, c’est tout à fait logique que les investisseurs prennent peur et qu’ils revendent dans l’urgence leurs actions et obligations. Dans le même temps, les biens immobiliers continuent de prendre de la valeur. Crise ou pas, tout le monde à besoin de se loger et d’avoir un toit sur la tête. Les actifs immobiliers sont donc très intéressants dans une optique long terme, et ils le sont encore plus quand on peut les acheter à un bon prix.

Vous pouvez revoir cet article avec quelques conseils clés pour réussir un achat immobilier. Quoi qu’il en soit, cet article ne s’intéresse pas à des sujets classiques comme l’achat d’un appartement neuf avec un programme de défiscalisation dont le nom change tous les ans. Ici, on s’intéresse à une méthode d’acquisition de biens immobiliers anciens, de façon originale.

Qu’est-ce qu’une vente aux enchères immobilière ?

Les ventes classiques se déroulent dans un office notarial avec un vendeur et un acquéreur. La vente via les enchères immobilières se déroule au Tribunal où il y a un bien en vente et plusieurs potentiels acquéreurs. C’est le Juge qui adjuge le bien et non un notaire.

Le bien est proposé sur la base d’une mise à prix et se vend au plus offrant. On est donc en concurrence directe avec des potentiels acquéreurs qui se trouvent dans la même salle d’audience.

D’où viennent les biens vendus ?

Les biens immobiliers proposés sont issus de saisies bancaires, de saisie suite à un impayé de charges de copropriétés, de licitations en cas de contentieux dans le cadre d’une division d’un appartement détenu par plusieurs personnes, ou encore de liquidation judiciaire.

L’idée est qu’il y a un contentieux et le but de la vente est de débloquer pour tout ou partie, la situation litigieuse. Si le bien est vendu suite à une saisie bancaire, la banque cherche à récupérer ses fonds grâce au produit de la vente, si c’est une licitation, c’est que les co-indivisaires ne sont pas en entente pour vendre de façon classique, ça finit alors au Tribunal.

À quel prix peut-on les acheter ?

La grande particularité des enchères immobilières judiciaires est que le montant de l’adjudication est payable dans un délai très court, sans condition suspensive d’obtention de crédit. Si vous comptez donc sur un emprunt bancaire et que vous ne l’obtenez pas, c’est une situation très délicate.

La conséquence directe de ceci est que ce type de vente se destine à un public soit de professionnels, soit de particuliers bien informés. Dans tous les cas, il est impératif de bien se renseigner car les engagements sont importants.

Les biens se vendant de façon classique bénéficient d’un tas de garanties qu’il n’y a pas via les enchères judiciaires. Les niveaux de prix s’en reflètent largement avec des décotes pouvant aller jusqu’à plusieurs dizaines de pourcent pour les biens en mauvais état.

Où se renseigner avant d’acheter ? :

  • Mr Enchères : Sur cette page, découvrez l’ensemble des informations relatives à ce type de vente aux enchères judiciaires.
  • Vidéo : Cette courte vidéo vous apportera quelques informations clés sur les ventes aux enchères de façon générale.

Dans tous les cas, nous ne pouvons que vous recommander vivement de vous renseigner de façon approfondie avant de vous lancer.

Leave a Comment: